top of page
_E6A5372.jpg

VENDREDI 14/06

OPUS 40

&
SAMEDI 15/06

SÉRÉNADES

"Violon magique”, tel était le nom du programme avec lequel Fedor Rudin a fait ses débuts à la Philharmonie de Berlin en 2023, et Fedor Rudin est en effet un magicien du violon. Un virtuose au plus haut degré qui, comme l’a déjà remarqué le jury du concours Premio Paganini 2018, étonne son public par la dextérité de ses doigts et de son archet, et l'envoûte par sa sonorité. Mais il est aussi l'une des jeunes personnalités musicales les plus passionnantes. Une tête à part, curieuse, ouverte, pleine d'imagination. Cela s'explique notamment par sa biographie.

Si l'on voulait construire un Européen idéal, on obtiendrait probablement quelqu'un comme Fedor Rudin. Né en 1992 à Moscou, petit-fils du grand compositeur d'avant-garde Edison Denisov, il a grandi à Paris, est parti à 13 ans étudier avec Zakhar Bron à Cologne, a ensuite étudié avec Pierre Amoyal au Mozarteum de Salzbourg et avec Boris Kuschnir à Graz, et vit désormais à Vienne. C'est là qu'il est devenu en 2019 Konzertmeister (premier violon solo) de l'Orchestre de l'Opéra d'État de Vienne et de l’Orchestre Philharmonique de Vienne, étant alors le plus jeune membre d’un des meilleurs orchestres du monde. Quelques années plus tard, Rudin est dorénavant de retour sur les scènes de concert en tant que soliste.

A 30 ans, il est désormais dans la phase des grands débuts : Rudin s'est entre-temps produit en soliste à Prague, Paris et Montréal, à la Philharmonie de Berlin, à l'Elbphilharmonie de Hambourg et au Carnegie Hall de New York, a été invité au Festival de Salzbourg et au Festival de musique du Schleswig-Holstein, a donné des concerts avec des orchestres tels que l'Orchestre symphonique de la radio de Berlin et l'Orchestre symphonique de la SWR et a travaillé avec des chefs d'orchestre comme Vladimir Jurowski, Kirill Karabits, Tomáš Netopil, Petr Popelka et Lorenzo Viotti. Il aime jouer les classiques comme le concerto pour violon de Beethoven - ses débuts avec l'Orchestre symphonique de Bournemouth ont été retransmis par la BBC - ainsi que les œuvres importantes en marge du répertoire, comme le concerto pour violon n° 2 de Szymanowski, ou des œuvres avant-gardistes d'Edison Denisov.

 

Fedor Rudin est un chambriste passionné qui se produit aux côtés de partenaires renommés comme les pianistes Boris Kusnezow, Igor Levit, Julien Libeer et Florian Noack, les violoncellistes Julia Hagen, Ivan Karizna et Bruno Philippe, le quatuor Pavel Haas ou le quatuor de saxophones Signum. Depuis 2022, il est également directeur artistique des Rencontres Musicales de Chaon en France. Il se charge également avec enthousiasme de la direction d’un orchestre pour une même soirée entière. Mais une chose le distingue de ses collègues qui pratiquent le “Play & Conduct”, car il est également chef d'orchestre diplômé (formé auprès de Simeon Pironkoff et Vladimir Kiradjiev à l'Université de musique et d'art dramatique de Vienne, MDW). Il a été assistant de Teodor Currentzis et Philippe Jordan, a dirigé des orchestres tels que l'Orchestre philharmonique d'Iéna et l'Orchestre symphonique de la radio ORF de Vienne et a dirigé sa première production d'opéra en 2022, West Side Story de Bernstein à Bialystok. Depuis octobre 2023, il est également professeur d’éducation orchestrale à l'Université de musique et des arts du spectacle de Vienne (MDW). Cependant, dans sa propre vie de concertiste, il se concentre actuellement majoritairement sur le violon.

L'autre grande passion de Fedor Rudin est l'aviation, et il est intéressant de constater que piloter un avion est pour lui très similaire à la pratique musicale : les deux avec un cœur chaud, mais avec une tête froide et une grande vue d'ensemble. Il apprécie la liberté, mais aussi les défis liés à l'aviation comme aux concerts de ce niveau. Il se considère globalement comme ambassadeur du compositeur, ses interprétations parfois très émotionnelles s'enracinant dans une analyse très précise du texte musical. Il ne veut pas submerger son public, mais plutôt l'emmener dans un voyage émotionnel et intellectuellement stimulant. S'orienter vers la rhétorique lorsqu'on joue est l'un des principes directeurs que Rudin transmet à ses élèves. Il n'est donc pas étonnant qu'il aime aussi présenter des concerts - couramment en cinq langues.

Rudin s'est intéressé de près aux pratiques d'exécution historiques, mais il joue par exemple les concertos pour violon de Mozart (ré majeur KV 271a) et de Haydn (la majeur), rarement joués en raison du manque de certitudes au sujet de leur attribution, sur son violon modernisé, le Stradivarius “ex-Viotti” (Crémone, 1712), gracieusement mis à sa disposition par la compagnie CANIMEX INC., de Drummondville (Québec), Canada.

FEDOR RUDIN
VIOLON & DIRECTION

bottom of page